Lac Tchad, les efforts de l’UNFPA pour toucher les laissés pour compte

  • publié sur: 24/04/2018
  • Pour remédier à cette situation, le Bureau pays du Tchad a déployé une infrastructure médicale afin de venir en aide à aux habitants de cette zone.

    D’une population totale estimée à 9 862 habitants dont 2 146 femmes en âge de procréer, ces îles sont caractérisées par une absence totale de personnel de santé formé, mais aussi d’établissements sanitaires fonctionnels. L’accès aux centres de santé les plus proches sont très difficiles à cause de leur position insulaire et par manque de moyen de locomotion adéquat (Horbord, par exemple).

    Pour soulager les souffrances des habitants de ces îles, l’UNFPA a signé un partenariat avec l’ONG Initiative Humanitaire pour le Développement Local  (IHDL) afin de permettre aux populations d’avoir accès aux services de santé reproductive.

    Les stratégies utilisées visent le renforcement de l’offre des services de santé sexuelle et reproductive du point de vue qualitatif par l’installation de 3 tentes de 72 m², le recrutement de 6 sages-femmes et l’approvisionnement en produits de la SR et kits mais aussi le renforcement de la mobilisation et  l’engagement communautaire à travers les chefs traditionnels et religieux ainsi que les relais communautaires.

    Offre de services de SR sur la terre ferme (Réfugiés, personnes déplacées et populations hôtes)

    A travers son antenne à Baga Sola, le bureau  offre des services de santé de la reproduction aux réfugiés dans le camp de Dar Es Salam, aux personnes déplacées internes et aux populations hôtes. 15 sages-femmes et maïeuticiens ont été recrutés et déployés en plus de l’équipement et de l’approvisionnement en produits SR dans les structures sanitaires.

    Assurer la protection des personnes vulnérables

    Un centre multifonctionnel pour la prise en charge des survivantes de violences basées sur le genre est ouvert à Bol (Chef de la Région). Le centre offre les services de prise en charge psychosociale, médicale, sécuritaire, l’aide juridique et l’assistance judiciaire des survivantes de VBG.

    Un partenariat avec l’Association des Femmes Juristes du Tchad (AFJT) pour la prévention et la prise en charge psychosociale a été noué et du personnel médical recruté et affecté au centre pour la prise en charge médicale. Le Ministère de la Justice a également affecté du personnel  pour l’aide juridique et l’assistance judiciaire des survivantes de VBG.

    Les résultats obtenus : Les interventions ont permis de sauver la vie des populations

     

    8 810 femmes enceintes ont bénéficié de consultations prénatales dont 5 857 cas en CPN1

     

     

    2 556 accouchements ont été assistés par du personnel qualifié

     

     

     

    1 799 nouvelles femmes en âge de procréer ont accepté l’utilisation des méthodes contraceptives modernes

     

    624 survivantes de VBG notifiées ont reçu  une assistance dont 578 ont reçu une prise en charge psycho sociale, 210 cas ont bénéficié de l’aide médicale et 165 de l’aide juridique