Vous êtes ici

Le 6ème programme pays du Togo continue de promouvoir le droit à la santé et l’égalité des chances

Lomé (Togo) - Le 6ème Programme de coopération entre le gouvernement togolais et le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), Document de Programme Pays 2014-2018 a été présenté en août 2013 aux partenaires d’exécution à Lomé. Il se focalise sur l’amélioration de l’accès universel des populations, surtout des jeunes et des femmes, aux services de santé sexuelle et de la reproduction, la promotion des droits de la reproduction, la réduction de la mortalité maternelle et l’accélération des progrès.

Ce document de programme pays, également connu sous le sigle « CPD » en anglais (Country Programme Document) prend en compte les priorités nationales au regard du Programme d’action de la Conférence Internationale sur la Population et le Développement (CIPD) et des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). Il comporte cinq parties : l’analyse situationnelle qui permet d’identifier les domaines d’actions prioritaires du pays, les leçons tirées de la coopération passée et de l’évaluation finale du 5ème programme qui prend fin en 2013, le contenu du nouveau programme proposé, sa gestion, son suivi–évaluation et le cadre des résultats et ressources.

Il faut noter que le nouveau programme  proposé se concentre encore sur deux régions du pays la région des Savanes et la région Maritime, caractérisées par l’extrême pauvreté (73% contre 58,7% au niveau national), un taux de fécondité élevé de 6,4 enfants par femme et un taux annuel élevé de croissance démographiquede 3,36 pour cent.

Le CPD contribuera à la réalisation de cinq résultats du plan stratégique révisé de l’UNFPA :

 

i) en matière de santé maternelle et néonatale , réduction de la mortalité maternelle de 350 par 100 000 naissances vivantes (NV) à 236 par 100 000 (NV) ; promotion des naissances assité par un personnel de santé qualifié de 59,4% à 78% et accroissement de la proportion de naissances par césarienne de 8,8% à 12%.

ii) pour la planification familiale , accroissement du taux de prévalence contraceptive (méthodes modernes) de 13,2% à  24,6% ; réduction  des besoins non satisfaits en matière de planification familiale de 37,2% à 25% et augmentation du pourcentage de formations sanitaires offrant au moins trois méthodes modernes de contraception de 89% à 95%.

 

Pour ce qui est d’un meilleur accès aux services de santé sexuelle et de la reproduction et à l’éducation sexuelle pour les jeunes, il s’agit de faire passer le pourcentage de jeunes (filles et garçons) de 15-24 ans ayant eu un rapport sexuel à risque au cours des 12 derniers mois et ayant utilisé un moyen de protection contre le VIH de 47% à 70%. 

Il s’agit également de réduire la prévalence du VIH dans la tranche d’âge 15-24 ans de 1,5% à 1% et d’accroitre le pourcentage de jeunes de 15-24 ans qui, à la fois, identifient correctement les moyens de prévention sexuelle du VIH et rejettent les principales idées fausses concernant la transmission du virus de 43% à 80%.

En ce qui concerne l’égalité des sexes et droits en santé de la reproduction , r éduction du pourcentage de femmes de 20-24 ans qui ont été mariées ou en couple avant 18 ans de 27% à 17% et réduction de   moitié du pourcentage de femmes de 15-19 ans mariées ou en couple de 12% à  6%.

Enfin, pour ce qui est de la disponibilité et analyse des données , accroissement de 3 à 7 le nombre d'enquêtes sur les ménages, portant sur l'OMD 5b (accès universel à la santé de reproduction).

L’élaboration du CPD a été un processus participatif mené de septembre 2012 à février 2013 avec la partie nationale. C’est donc les grandes lignes de ce document présenté au Siège des Nations Unies à New – York en juin dernier qui a été partagé avec les partenaires d’exécution à Lomé lors de l’atelier.

Lors de sa présentation du document (CPD), Monsieur Koffi Afelete Vidzrakou, Chargé du Bureau de l’UNFPA, a expliqué le fondement de l’alignement du processus de programmation de l’UNFPA sur le cycle de planification nationale, à savoirl’élaboration du Document de Stratégie pour la Réduction de la Pauvreté puis celle du cadre d’assistance des Nations Unies pour le développement (UNDAF). Le document s’est également inspiré des documents de politiques sectorielles en l’occurrence le Plan National de Développement Sanitaire (PNDS).

A la fin de l’atelier, les différents partenaires présents à cet atelier d’échanges et de lancement, ont élaboré l’esquisse du Plan d’Action du Programme Pays (PAPP), lequel sera finalisé en comité restreint et soumis à nouveau à la partie nationale pour validation.

Rita Gbodui, UNFPA Togo/WCARO