Actualités

Le système des Nations unies se mobilise pour mieux répondre aux besoins des « populations» exposées au VIH

4 septembre 2013

Dakar (Sénégal) - Un atelier de formation sur le VIH et les « populations clés » s’est tenu à Dakar, Sénégal du 3 au 5 septembre 2013 pour renforcer les capacités du personnel des Nations Unies de la région Afrique de l’Ouest et du Centre dans la construction de réponses au profit des personnes exposées au VIH.

Les « populations clés » sont les personnes les plus susceptibles d'être exposées au VIH ou de le transmettre, notamment les travailleurs du sexe, les consommateurs de drogues injectables, les hommes ayant des rapports avec des hommes, les transsexuels, etc.

Il faut préciser que bien que ne faisant pas nécessairement partie des « populations clés », les clients des travailleurs du sexe, les camionneurs, les pêcheurs, les prisonniers et soldats font aussi partie des personnes exposées au VIH.

L’objectif majeur de cet atelier de formation régional était de « renforcer les capacités des point focaux des bureaux pays des agences de l’Onu sur la construction de réponses aux questions relatives à la prévention, à l’accès au traitement et à la prise en charge des personnes les plus exposées à l’infection du VIH. »

Les participants élaboreront aussi un plan de travail à opérationnaliser dès leur retour dans leurs pays respectifs afin d’avoir un impact significatif, avec des résultats, dans les pays.

La prévalence du VIH/Sida est relativement faible en Afrique de l’Ouest et du Centre avec un taux moyen de 2% ou moins ( ONUSIDA 2009) dans 12 pays. Les taux de prévalence sont plus élevés au Cameroun (5,3 %), au Gabon (5,2 %), en République Centrafricaine (4,7 %), au Nigeria (3,6 %) et en Côte d’Ivoire (3,4 %).

Néanmoins, dans la majeure partie des pays de la région,  le taux de prévalence chez les populations clés est très élevé. Par exemple, le Sénégal qui a un taux de prévalence national de 0.7%, a  un taux de prévalence de plus de 20% chez cette tranche de la population.

Selon l’ONUSIDA, les rapports non protégés avec des professionnels du sexe jouent un rôle important dans la pandémie du VIH dans la région.

L’atelier est organisé par le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), le Programme commun de l’Onu sur le Sida (ONUSIDA), le Programme de l’Onu pour le développement (PNUD) et l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (UNODC). Il regroupe une centaine de participants venant des vingt-trois pays de la région Afrique de l’Ouest et du Centre ainsi que de la République Démocratique du Congo et du Burundi.