Vous êtes ici

Les jeunes leaders africains plaident pour des objectifs de développement prenant en compte leur autonomisation et leur santé sexuelle

Dakar (Sénégal) - Plus de 500 jeunes leaders venus de plus de 50 pays de l’Afrique et de la Diaspora des Amériques et d’Europe ont pris des engagements et formulé des recommandations en adoptant à l’unanimité « L’Appel de Dakar ». Celui-ci appelle à la formulation d’un objectif sur l’autonomisation des jeunes dans l’agenda post2015 des Nations Unies, et un autre sur la santé sexuelle et reproductive des jeunes et l’élimination du VIH.

Les jeunes ont échangé du 13 au 17 janvier à Dakar sur le "chômage des jeunes" lors de ce sommet organisé par le Réseau africain des jeunes leaders des Nations Unies (ROJALNU) créé en 2004 et qui compte des réseaux nationaux dans plus de 40 pays.

Les jeunes ont appelé à la priorisation de l’emploi et de la santé des jeunes dans les plans de développement nationaux et internationaux et l’opérationnalisation de la charte africaine de la jeunesse.

Vu que les jeunes de moins de 30 ans représentent 70% de la population africaine et que le taux de chômage des jeunes est le double de celui des adultes, le 4e sommet appelle à l’adéquation du système éducatif aux besoins de l’emploi, la valorisation des formations techniques et professionnelles, la promotion de l »entreprenariat ainsi que la mise en place de programmes de volontariat qui promeuvent la créativité des jeunes.

Les jeunes s’engagent à contribuer à l’émergence des économies nationales et à relever le défi du développement de leurs pays respectifs à travers une citoyenneté agissante et forte.

Le président du ROJALNU, M. Alioune Gueye, a remis l’appel de Dakar adopté à l’unanimité au représentant du chef d’Etat du Mali, M. Malick Sène, secrétaire exécutif du Haut Conseil National de Lutte contre le Sida (HCNLS) et au ministre de la jeunesse, de l’emploi et de la promotion des valeurs civiques M. Benoit Sambou, représentant du président du Sénégal Macky Sall.

« Les jeunes africains demandent un nouvel objectif du millénaire du développement (OMD) sur la jeunesse. J’appelle les jeunes leaders présents à continuer le plaidoyer dans leur pays pour la mise en œuvre de l’appel ainsi qu’à créer une section ROJALNU locale d’ici mars dans les pays où il n’y en a pas », a-t-il dit.

Les deux chefs d’Etat qui sont les co-parrains du 4e sommet, seront les porte-parole des jeunes au 22ème sommet de l’Union Africaine du 21 au 31 janvier prochain, au 14ème sommet de la Francophonie qui se tiendra au Sénégal en novembre ainsi qu’à l’Assemblée générale des Nations Unies.

S’exprimant au nom de M. Emile Dialla, ministre burkinabè de la jeunesse et président sortant du ROJALNU, le directeur national du Conseil de la jeunesse du Burkina a annoncé que l’accord de siège du ROJALNU était fin prêt et qu’un terrain sera mis à la disposition de l’organisation à Ouagadougou.

Il a déclaré que le gouvernement du Burkina s’engage à soutenir les jeunes dans toutes leurs entreprises avant de passer la présidence de l’organisation au ministre de la jeunesse du pays organisateur, M. Sambou.

Pour sa part la représentante de l’Amérique latine et vice-secrétaire générale du Conseil national de la jeunesse du Brésil, Mlle Angela Guimaraes, a fait une déclaration d’engagement au nom des jeunes de l’Afrique et de la Diaspora à créer un partenariat mettre en place une structure dans le but de coordonner leur travail.

«Nous nous engageons pour le développement et le respect des droits, le renforcement de la coopération sud-sud et une plus grande participation politique ainsi que pour le renforcement du dialogue Afrique et Diaspora, » a-t-elle dit.

Elle a ajouté que les jeunes souhaitent la création d’une base de données de toutes les organisations de la diaspora qui veulent investir en Afrique et travailler avec les jeunes tout en souhaitant que la déclaration de Durban contre le racisme soit ajouté à la déclaration finale du sommet.

Dans son discours à l’endroit du président Macky Sall au nom de Portia Simpson-Miller, Premier ministre de la Jamaïque, Miss Gina Hargitay a réitéré l’engagement de son pays, qui fait partie de la sixième région de l’Union Africaine, à aider les jeunes à atteindre leur but, appelant les gouvernements africains, la société civile et le secteur privé à s’engager dans ce sens.

Le représentant de l’UNFPA au Sénégal, M. Bouréima Diadié, a salué le partenariat entre l’UNFPA et l’ONUSIDA et leur engagement envers les jeunes.

Il a rappelé l’engagement de son organisation envers les jeunes dans le cadre de la santé et les droits sexuels et de la reproduction, la lutte contre le VIH/Sida, appelant les jeunes à développer leur potentiel parce qu’ils ont leur futur entre leurs mains. « Get up, stand up, fight for your rights », a-t-il conclu.

Le représentant de l’Onusida au Sénégal, M. Demba Koné, a salué l’engagement des jeunes dans l’amélioration de leur situation en parlant en leur propre nom et en participant à la prise de décision.

Dans son discours de remerciement au nom des jeunes, Joannie Bewa du Bénin a appelé à une solution durable aux conflits sur le continent, notamment en Centrafrique et au Soudan du Sud l’un des rares pays à ne pas avoir envoyé de représentants au sommet.

Le président en exercice de ROJALNU et ministre de la Jeunesse du Sénégal M. Sambou a rappelé l’engagement du président Macky Sall à porter le message des jeunes à ses pairs. Il a par ailleurs invité les jeunes leaders à s’impliquer davantage pour trouver des solutions au problème du chômage qui reste un défi économique majeur.

«Ce sommet doit être le début de la mise en place d’une stratégie, un plan d’action pour les jeunes et du plaidoyer pour que vos gouvernements prennent en compte la question, » a-t-il dit.

Déclarant le sommet clos, M. Sambou a appelé à un pacte africain pour la mutualisation des efforts de lutte contre le chômage et des politiques de santé de la reproduction pour permettre aux jeunes d’atteindre leur objectif et prendre part au développement de leur pays.

ROJALNU a signé un accord de principe avec le projet des Villages du Millénaire pour que les jeunes du réseau reprennent les expériences dans leur pays.

Le flambeau du sommet des jeunes leaders panafricains a été remis à Mlle Angela Guimaraes du Brésil, prochain pays organisateur du sommet en décembre à San Salvador de Bahia, en prélude au deuxième sommet mondial des jeunes leaders des Nations Unies.

Durant le sommet, les jeunes ont abordé des thématiques telles que le dividende démographique, les violences basées sur le genre, le Vih/Sida, la santé de la reproduction des adolescents, et les technologies de l’information et de la communication.

Dans le cadre de la campagne « Protège le goal », qui utilise le sport et la culture pour sensibiliser sur le Vih et mobiliser les jeunes pour la prévention contre le Sida, chaque pays a reçu un ballon de football. Les jeunes représentants devront une fois dans leur pays faire une vidéo autour du ballon qui mettra en avant leur culture mais aussi les bonnes pratiques locales pour éradiquer le Sida.

Lors de la session sur « Protège le goal » à laquelle le chanteur sénégalais Baaba Maal et le vice-président de la Fifa et président de la CONCACAF, M. Jeffrey Webb avaient pris part, la représentante de l’UNFPA Bénin, Mme Diéné Keita, avait insisté sur la dimension culturelle de la campagne de lutte contre le Sida.

« Passez de la parole à l’acte. Protégez-vous et protégez l’autre. Vous devez connaître votre culture, comprendre la culture des autres, comprendre votre communauté et respecter votre engagement », a-t-elle déclaré après avoir commencé son intervention par une chanson du groupe nigérian «PSquare » intitulé « Personally» qui a fait danser toute la salle.

Selon Mme Keita, les jeunes doivent se faire dépister et avoir toujours leur carte de don de sang avec eux pour sauver des vies.

« La culture a été créée par les gens, la société ; donc elle peut évoluer. Respectez l’égalité des sexes ; la démocratie commence à la maison, à la base », a-t-elle ajouté.

La Campagne « Condomize » soutenue par l’UNFPA qui vise à déstigmatiser et décomplexer l’utilisation des préservatifs féminins et masculins a aussi fait sensation lors du sommet.

Pour rappel, l’UNFPA, par la voix du Dr Babatunde Osotimehin, Directeur exécutif de l’UNFPA à l’ouverture, propose un objectif spécifique pour les jeunes dans l’agenda de développement au-delà de 2015 qui comprendra l’accès à la santé et aux droits en matière de sexualité et de reproduction, l’accès à l’éducation et l’accès aux compétences entrepreneuriales entre autres.

Le sommet a été organisé par le Réseau des jeunes leaders d’Afrique et de la diaspora, des Amériques et d’Europe (ROJALNU), en collaboration avec le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) et le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/SIDA (ONUSIDA). Les jeunes d’Afrique subsaharienne, d’Afrique du Nord, d’Amérique latine et des Caraïbes ont fraternisé durant les 5 jours du sommet.