Actualités

L’UNFPA plaide pour une synergie d’efforts afin d’éliminer les mutilations génitales féminines et les mariages d'enfants à l’horizon 2030

20 Juin 2019


Dereje Wordofa, directeur exécutif adjoint du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) et sous-secrétaire général des Nations Unies

 

« Nous ne visons pas à réduire le nombre de victimes de mutilations génitales féminines et de mariages d'enfants. Nous insistons pour les éradiquer et avoir zéro victimes ! », A déclaré Dereje Wordofa, directeur exécutif adjoint du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) et sous-secrétaire général des Nations Unies au premier sommet africain sur les mutilations génitales féminines et le mariage d'enfants.

Alors que la communauté internationale commémore cette année, le programme d'action de la Conférence internationale sur la population et le développement (CIPD) adopté en 1994 au Caire, M. Dereje Wordofa a souligné les progrès accomplis au cours des 25 dernières années en Afrique. Il a noté une diminution des taux de mutilations génitales féminines et de mariages d'enfants. Toutefois, la croissance démographique, at-il répété, dilue les progrès accomplis.

« Au rythme actuel, plus de 50 millions de filles risquent d'être victimes de mutilations génitales féminines rien qu'en Afrique d'ici 2030 », a prévenu Dereje Wordofa. Dans sa déclaration, il a noté qu'au moins 200 millions de filles et de femmes en vie aujourd'hui avaient subi des mutilations génitales, tandis que plus de 650 millions de femmes et de filles en vie étaient été mariées avant leur 18e anniversaire.


Dr Saleh Abas Al Azhar Sharif, adjoint au grand imam d’Egypte

 

L’adjoint au grand imam d’Egypte, le Dr Saleh Abasm Al Azhar Sharif, a publié une fatwa, notant que « le mariage dans l'Islam est basé sur le consentement des deux parties, en particulier de la fille. L'âge minimum du mariage pour les garçons et les filles est de 18 ans, conformément aux lois en vigueur en Égypte et aux conventions internationales ».

Après la nouvelle fatwa publiée à Dakar, la Directrice Exécutive de l’UNFPA, Natalia Kanem, a tweeté : « Je me félicite de la nouvelle position d'Al-Azhar contre le mariage des enfants. Nous avons besoin davantage d’engagements audacieux de la part des dirigeants de toutes les communautés et de toutes les confessions pour mettre fin aux pratiques culturelles néfastes vis-à-vis des jeunes filles. »

L’activiste engagée dans la campagne pour mettre fin aux mutilations génitales féminines et le mariage des enfants, par ailleurs ambassadrice de bonne volonté d'ONU Femmes pour l'Afrique, Jaha Mapenzi Dukureh, n’est pas restée indifférente à la fatwa. Elle a déclaré : « C’est un moment historique pour nous et tous ceux qui œuvrent pour l'égalité des filles. »

Co-organisé par les gouvernements du Sénégal et de la Gambie, en collaboration avec l'ONG Safe Hands for Girls, du 16 au 18 juin 2019, le sommet a accueilli des centaines de déléguées, parmi lesquelles la vice-présidente de la Gambie et des ministres, la Directrice exécutive d'ONU Femmes, et des partenaires clés tels que la Banque mondiale, des partenaires techniques et financiers, des autorités religieuses et traditionnelles, des organisations de la société civile, des victimes de mutilations génitales féminines et de mariages d'enfants, ainsi que des organisations de jeunes.

Le Directeur exécutif adjoint de l’UNFPA a appelé à l'intensification des efforts, des investissements, d'une plus grande collaboration et d'un engagement politique renouvelé en vue d'éliminer les mutilations génitales féminines et les mariages d'enfants.

Mme Ndeye Saly Diop Dieng, Ministre de la femme, du genre et de la protection de l'enfance du Sénégal, a également insisté sur la nécessité d'intensifier la lutte contre les mutilations génitales féminines et le mariage d'enfants: «La lutte contre les mutilations génitales féminines et le mariage d'enfants est un combat juste et pertinent; la fierté du devoir accompli ou initié que nous ressentons tous en ce moment est donc légitime et solidement fondée.»

Au Sénégal, le Directeur exécutif adjoint de l’UNFPA a également visité un projet soutenu par le bureau pays du Sénégal dans le centre de santé de Guediawaye et a rencontré des autorités gouvernementales, y compris des ministres, ainsi que le personnel des Nations Unies au Sénégal

M. Wordofa a séjourné à Dakar du 15 au 18 juin et s'est rendu en Sierra Leone avec le directeur régional Mabingue Ngom pour poursuivre sa tournée dans la région.