Vous êtes ici

Sao Tomé-et-Principe : Le système de santé à Santoméen renforcé par des cliniques mobiles et des équipements d’appui pour les centres et postes de santé

Le système de santé santoméen a été renforcé par trois cliniques mobiles pour améliorer la prestation de services, notamment dans les communautés les plus éloignées, surtout dans le domaine de la santé reproductive.

Les voitures sont équipées d'une table d'examen, d'un appareil de mesure de la fréquence cardiaque fœtale, d'une échographie, d'un générateur, entre autres.

L'un d'entre eux est entré en service dans la communauté de Generosa, dans le district de Lembá, au nord de l'île de São Tomé, dans le cadre de la livraison au ministère de la Santé.

Helga Camblé et Julay Pinto ont exprimé leur satisfaction d'avoir le service pratiquement à la porte, avec les soins fournis avec le soutien de la clinique mobile, une première dans la communauté de Generosa.

Pour Helga, l'initiative est bonne. «La communauté en manquait. Nous prenons des rendez-vous pour les femmes enceintes et les enfants. Parmi les avantages, il y a les directives que les infirmières nous donnent pour avoir une bonne alimentation, pour se faire vacciner, pour voir comment va le bébé, bref, pour avoir un meilleur suivi ».

«Pour se rendre au centre de santé de Neves pour prendre rendez-vous, il faut prendre une moto. Si nous pouvons avoir ce service dans la communauté avec un préavis de la zone de santé, nous restons à la maison prêts à faire la consultation ici », a ajouté Julay Pinto.

«Je suis venu avec ma fille pour la consultation, pour peser, pour la vacciner. Chaque fois que le médecin et les infirmières se déplacent pour venir chez nous, c'est mieux. Et j'appelle les autres mères pour saisir ces opportunités, car c'est pour notre bien. Plus encore, prendre en compte cette pandémie de Covid-19 dans le pays, c'est encore mieux », a-t-elle souligné.

La déléguée par intérim, Bonanza Aragão, a également admis que «cette clinique mobile est un renfort pour notre équipe qui se déplace sur le terrain, avec le service Maternelle Infantile (PMI), vaccination, soins pour les femmes enceintes, entre autres. De cette manière, nous rapprocherons les services de la communauté, ce qui est notre objectif principal ».

L'acquisition de ces unités est le fruit d'un partenariat trilatéral entre le Gouvernement de Sao Tomé et Principe, l’UNFPA et le Fonds indien pour le développement, qui était prêt à aider le pays.

Chacune des cliniques servira deux districts au nord, au centre et au sud de l'île de Sao Tomé, à savoir l'une couvrira Lobata et Lembá; autre, Água Grande et Mé-Zóchi et la troisième, Cantagalo et Caué.

Leur utilisation se fera de manière coordonnée entre le Programme central de santé reproductive et les délégués des districts.

Le chef de l'UNFPA dans le pays, Victória d'Alva, a souligné que le but du projet est de «créer les conditions pour faciliter l'expansion de la fourniture de services sexuels et reproductifs et a comme composantes la planification familiale, prénatale et postnatale et aussi toute la sensibilisation liés à ce thème ».

Il convient de noter que la fourniture de services est intégrée. À Generosa, la mère et leurs enfants,  frères et sœurs ont également accès à des soins pour le contrôle de la croissance des enfants, la vaccination, le déparasitage, le dépistage du VIH / sida, la lutte contre le paludisme et la distribution de moustiquaires. La communauté Generosa compte environ huit cents habitants

Il convient également de noter que les centres de santé et les postes de la périphérie à travers le pays ont bénéficié de divers équipements pour améliorer l'offre de services aux jeunes et aux femmes également dans les domaines liés à la santé reproductive.

D’autre part, Victória d’Alva a rappelé que l’exécutif a défini plusieurs objectifs, notamment «assurer l'accès au service pour les populations, à savoir les jeunes et les femmes, dans les régions les plus reculées et l'autre est de contribuer à certains objectifs et buts que le gouvernement s'est fixés lors de la Conférence de Nairobi l'année dernière, qui était de réduire les besoins non satisfaits en matière de planification familiale, ainsi que de réduire encore davantage la mortalité maternelle ».

Ils sont deux des trois objectifs stratégiques d’UNFPA auxquels Sao Tomé et Principe a souscrit. Le troisième est «l'élimination de la violence et des pratiques néfastes à l'égard des femmes et des filles».

Le ministre de la Santé est convaincu que ces unités couvriront tous les points ici à Sao Tomé. «Nous devrons lutter pour qu'il en soit de même dans la Région Autonome de Principe. Au fond, il s'agit d'améliorer les indicateurs de santé, dans ce cas précis de prise en charge des mères, des femmes et des enfants».

Edgar Neves, après avoir reçu les clés des cliniques mobiles, a remercié au nom du gouvernement, l'UNFPA et le gouvernement indien, pour cet «investissement extrêmement important», non seulement pour sa valeur matérielle, «mais pour les résultats qui en sortiront. Je suis presque sûr que ces indicateurs seront améliorés ».

L'investissement dans ces équipements est d'environ 350 mille dollars, dont 146 mille dans les cliniques et les accessoires respectifs; et les 204 000 en autres équipements destinés à améliorer les soins dans les services de santé de la reproduction dans les centres et les postes de santé à travers le pays.

Un bon exemple de coopération Sud-Sud.