Pourquoi la lutte contre le mariage d'enfants et les grossesses d'adolescentes est essentielle

No. de pages: 8

Date de publication: 2018

Auteur: UNFPA WCARO

La région de l'Afrique occidentale et centrale1 comptait 506,4 millions de personnes, ce qui représentait environ 43 % de la population africaine. Selon les tendances actuelles, on s'attend à ce que ce chiffre augmente et atteigne 756,2 millions de personnes d'ici 2030.2 En outre, la population de l'Afrique occidentale et centrale est principalement jeune. Plus de 64 % des personnes sont âgées de moins de 24 ans. Ces jeunes constituent une ressource formidable pour la région, mais ils font face à des défis considé- rables en termes de santé, d'éducation, d'emploi et d'autonomisation.

Les femmes et les jeunes filles, en particulier en Afrique occidentale et centrale, sont exposées à un éventail de risques disproportionné, en particulier concernant leur santé sexuelle et reproductive. Les jeunes filles sont confrontées aux mariages d'enfants, aux mutilations génitales féminines et à l'éducation limitée, et se voient ainsi refuser l'égalité des chancesAu début de l'année 2016, les chefs d'État et de gouvernement de l'Union africaine ont souligné leur engagement à faire passer les jeunes et les femmes au premier plan en s'accordant à « Exploiter le dividende démographique grâce à l'investissement dans la jeunesse » jusqu'en 2017 et au-delà3 . L'UNFPA en Afrique occidentale et centrale reconnaît également l'importance cruciale d'investir en faveur des adolescents et des jeunes, en particulier des adolescentes. La clé pour garantir l’atteinte du dividende démographique est de permettre aux jeunes (et surtout aux adolescentes) de réaliser leur potentiel.