Published on: 06/02/2017
"On espère, on fait tout pour qu’il y ait zéro filles excisées. On y arrivera un jour, inshallah, c’est possible", a dit Sedi, la sage-femme mauritanienne.
 
L’abandon de cette pratique ne peut se faire qu’avec le soutien des gens comme Sedi. Vous devez également vous battre pour ce changement.
 
Ensemble, nous pouvons mettre fin à cette pratique d'ici une génération.